l'aube sinistre Index du Forum
 
 
 
l'aube sinistre Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

Metarill Sombreflèche.

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    l'aube sinistre Index du Forum -> Le JdR -> Présentation de la guilde en JdR
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Metarill
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 08 Mar 2011
Messages: 93
Localisation: Gilnéas

MessagePosté le: Lun 14 Mar - 21:54 (2011)    Sujet du message: Metarill Sombreflèche. Répondre en citant

L'auberge, à la Gilnéenne, était comblée de monde. J'écrivais mes récits sur du vieux papier.
Ma bougie ne m'éclairait pas vraiment, juste assez pour relire ce que je laissais en résumé de
cette période de ma vie. La jolie Draenei qui dansait près du bar récoltait des exclamations et des invitations
de la part d'ivrognes tombés sous son charme naturel. Un groupe de trois Nains à ma droite
chantaient le teint pourpre, ils ne supportaient sûrement pas l'alcool.
La serveuse s'approcha - probablement une Worgen en vue de ces ongles plus longs que ceux des Humains ; bien
que les Worgens puissent prendre leur forme d'antan, il y avait des signes qui ne trompaient pas.
"Que puis-je pour vous ?" voyant qu'elle s'essayait à lire ce que j'inscrivais, je pliais le papier.
"Votre alcool le plus fort, et... Puis-je voir les avis de recherche s'il vous plait?"

Une dizaine de minutes plus tard la serveuse revint avec deux bouteilles poussiereuses et une pile de vieux papiers.
"Voilà pour vous ! Je vous en rajoute une pour m'excuser de l'attente. Trois pièces d'argent s'vous plait."
La femme avait un accent Nain assez étrange, peut être avait elle apprit le service en taverne Naine.
Je donnais les pièces puis inclina la tête d'un merci en désignant la deuxième bouteille.

Fut arrivée une heure dans la nuit où la taverne se tut dans un silence implacable percée par la mélodie
que faisait danser une jeune Elfe de son violon. Cette ambiance m'inspira profondement... Mes aventures me revenaient
en mémoire, les longues journées sur la galère Hordeuse, les longues traques, la chasse, les auberges où j'avais logé
une nuit, puis... Le nombre incalculable de femmes que j'avais rencontrées durant ces aventures !
Le rythme de la mélodie s'accelera, je buvais sans retenue ce brule gorge, puis me laissa aller sur le dossier de ma chaise.
Fiou, quel coup de nostalgie. Les Nains se mirent à danser sur les tables tandis que la mélodie revenait de plus belle.
( Gilnéas et ses alentours sont formidables rien que pour ça, une Elfe qui fait danser une troupe de Nains ; jamais vu ailleurs.)

La pile d'avis de recherche me tira soudain l'oeil - cette envie de traque me reprend...

"Ouvrez !" cria une voix au dehors de la taverne - qui devait sûrement ignorer que la porte d'une taverne est toujours ouverte.
Le silence reprit ses droits sur la salle. L'aubergiste s'approcha de l'entrée d'un pas prudent :
"Qui est-ce ?" la réponse se fit longue
-La Garde Imperiale, ouvrez ! à ces mots la foule éclata de rires, la mélodie reprit et les danses aussi.
Quand l'aubergiste ouvra, c'est un homme aux cheveux noirs et à la cape bleue qui entra le premier.
Il balaya la salle du regard, puis retourna à la porte :
"Humpf, si nous restons ici nous allons subir toutes sortes de railleries. Nous irons trouver une autre auberge."
Il ne salua même pas l'aubergiste avant de s'en aller.

Peu importe, je cherchais dans les avis un nom qui me plaisais - quelqu'un à tuer.
Murfolk, Selenya, Enlyëwe, Guntor, Aeonia... Aucun de ces noms ne me plaisait.
Dans un soupir, je pris une fiche au hasard.

(Suite à venir)
                                                                                                                      Metarill.
_________________


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Lun 14 Mar - 21:54 (2011)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Metarill
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 08 Mar 2011
Messages: 93
Localisation: Gilnéas

MessagePosté le: Dim 24 Avr - 12:08 (2011)    Sujet du message: Metarill Sombreflèche. Répondre en citant

Chapitre II :
Je pris une fiche dans mes mains, celle ci glissa et tomba comme une plume sur le sol. J'en pris donc une autre...
Guntor Grognelame. Hum, le nom claquait pas mal. Mais de quel crime pouvait-il être l'auteur ?
Mes yeux se jettèrent directement sur le montant de la prime : 15 016 pièce d'or. Whoua, ce gars là pourrait surement
me payer mon retrait de la profession à vie. Comme dit le proverbe "Demain j'm'y met !" pour le moment je devais me reposer.
Demain, jour de traque. C'était un besoin.
 La bougie presque éteinte j'allais à ma chambre, tête baissée, je fixais les marches de l'escalier tout en les montant -
elles étaient abîmées, cassées par endroit et sales. Quel genre d'auberge je me payais là ?
Demain, Guntor, je t'aurais. Et c'était donc le sourire aux lèvres que je m'assoupis...
 La nuit fut fort désagréable. Je me suis reveillé plusieurs fois, tourner d'un coté... Puis de l'autre... Les feuilles noires
volaient, certaines s'écrasaient sur la fenêtre de ma chambre.
 Au petit matin, à l'Aube disent les poètes. Je ne pris de quoi manger, je devais jeuner. C'est une technique de chasse ; jeuner.
Si l'on va traquer une proie le ventre trop plein, l'on perd de nos capacités. Il faut donc jeuner j'usqu'à ce que la mission
soit remplie - du moins ça a toujours marcher. Dehors, devant l'auberge gisaient des Nains la tête dans des seau. L'air
frais m'apportait l'odeur insoutenable du dégueulis qui avait du leur tordre le ventre une bonne partie de la nuit. (chez les nains,
la nuit correspond à la fermeture de l'auberge. Pas question de dormir avant !) Les Humains n'étaient pas tous levés. Mais
la Garde Imperiale, elle, l'était déja. Le son des battries ordonnées, unies, disciplinées, me donnais froid dans le dos. Leurs
heaumes d'argent, eux, montraient la luxure.
La guerre, ça paye. Tuer des gens innocents, ça paye. Pillier les civiles, ça paye.
Les archers devant, les guerriers en retrait, les cavaliers au centre - ah non, au centre ce sont les "personnalités importantes".
La guerre a changé, les capitaines ne se battent plus : ils dirigent, ils décident qui vivra et qui mourra.
Puis la petite troupe s'éloigna.
 
 Des traces de pas - de pattes - plongées dans l'eau me tirèrent l'oeil. Deux mots me vinrent à l'esprit : Guntor et Récompense.
Le sourire aux lèvres je m'enfonçais dans un bois de boulots.
 Le sol sombre, le soleil matinal traversait par endroit l'épais toit de feuilles qui protegeait la vie de la forêt. Des petits "crack"
sous mes pieds - des bouts de bois. Puis des pas de course dans le tapis de feuille. Après une demie heure passée en ces lieux, un
indice s'offrit à moi : du sang frais.
 - Fiiiizzzz - Le sifflement de griffes tranchants l'air.
En une roulade je fut sauver, je fixais la bête. Un Worgen. Le regard féroce, mais avec un soupçon d'intelligence. (ce qui ne me rassurais pas.)
Il chargea - les crocs en avant, en un rugissement bestiale il était déja sur moi ! Ma dague me glissa des mains, il n'avait
plus grand chose à faire pour m'achever. Mais si je vous écris cela, c'est que je suis encore en vie. Il leva sa patte, prêt
à me la foutre au visage ! Je glissa ma tête de coté - mais le haut de mon visage était quand même bien amoché. Mes yeux étaient
griffés, le sang m'empechait de voir distinctement ses mouvements, et, comme un reflexe, je le repoussa avec mes pieds.
 Une main sur mon visage pour dévié le sang, je me releva. Il chargea une nouvelle fois, je m'étais preparer à esquiver cette fois.
Je repris ma dague et - un cor de bataille résonna, des troupes arrivaient. Le Worgen me fixait, ce n'était pas un regard ennemi.
Puis une flèche vint se nichée dans un arbre qui se trouvait entre lui et moi comme pour nous dire de fuir.
 "Il est là capitaine !" s'écria une voix au loin.
 (Suite à venir)
 
                                                                                   Metarill.
_________________


Revenir en haut
Neptis
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 08 Mar 2011
Messages: 69
Localisation: France Chelles 77500

MessagePosté le: Dim 24 Avr - 16:22 (2011)    Sujet du message: Metarill Sombreflèche. Répondre en citant

[HRP] Super Beau Texte Bravo Franchement !!! Bientôt Ecrivain :O !
_________________


Revenir en haut
MSN Skype
Metarill
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 08 Mar 2011
Messages: 93
Localisation: Gilnéas

MessagePosté le: Dim 24 Avr - 17:28 (2011)    Sujet du message: Metarill Sombreflèche. Répondre en citant

( HRP : Merci Neptîs ^^' )
_________________


Revenir en haut
Metarill
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 08 Mar 2011
Messages: 93
Localisation: Gilnéas

MessagePosté le: Dim 24 Avr - 21:29 (2011)    Sujet du message: Metarill Sombreflèche. Répondre en citant

Chapitre III :
"Ils sont deux !" répondit une voix. Une deuxième flèche vola, puis bientot une salve ! L'épais toit de nature criait de douleur
sous les coups de metal qui le traversait.
 Guntor se mit à courir. Hého ma prime se barre ? Tatata... Je lui emboita le pas. A présent la petite troupe d'hommes en armures
se trouvait derrière nous. Le tapis de feuille au sol était agréable, c'était presque triste de marcher sur toute cette vie
sans même avoir le temps de la voir - car il fallait courir. Le bois se resserait, l'espace entre les boulots était de moins en
moins grand. Je voyais l'image du Worgen qui courait coupée plus régulierement par les troncs fins et sombre des arbres
se trouvant entre lui et moi. Guntor venait de passer du Worgen à l'homme : de la bete, à l'Humain. Au bout d'un moment,
il me jetta un coup d'oeil et se jetta dans un buisson ! Je fis pareil, pensant suivre quelqu'un qui savait ce qu'il faisait.
Mais à ma grande surprise, le buisson cachait un petit ravin - nous fûmes tout deux en proie à ce piège que nous avait tendu
la forêt.
 
 L'Humain que j'avais en face de moi était tombé sur ses genoux. (autant dire "mal retomber") Même si j'avais amortis au mieux
ma chute, je m'étais blesser et le haut de mon visage était toujours ensanglanté. Je regardais Guntor avec plus de compassion cette
fois. Les ennemis de mes ennemis sont mes amis ? Quelle blague. Lui là, il allait me bouffer - mon "ami". Et puis, La Garde Imperiale
n'était pas mon ennemie. Guntor allait se jetter sur moi, il se mit presque à plat ventre (certain disaient que c'était la posture dite
"Ventre-à-Terre") Même s'il était encore sous une forme humaine, la bete allait bientot reprendre le dessus. Ses crocs se développaient.
Un bruit metalique s'approchait, des armes ? Ils nous avaient trouver !... Puis ma raison reprit le dessus : c'était des fers à cheval.
Des cavaliers, au dessus de nous, regardaient autour d'eux. Quand je baissa les yeux pour regarde Guntor, il avait presque
un air innocent. Les fers s'éloignent. La bete reprend la place de l'homme. Le monstre se mit à rugir - le regard intelligent avait
remplacer l'air innocent. Des filets de baves furent projettés sur ma cape, puis Guntor s'enfuit.
 "Hooooolaaa. Tout doux. Hé les gars ? Vous avez entendu ?" demanda une voix qui était surement à la trainne. La bete intelligente
avait attirer les troupes pour me les foutre au cul. Je me remis en chasse avant que les troupes me retrouvent. La posture ventre-à-Terre
venait de sortir des bois, c'était à présent sur une falaise qu'il se dirigeait.

 (Suite à venir. Sorry c'était un peu plus court cette fois, mais je reprendrai un bon rythme x)
            
                                             Metarill.
 
_________________


Revenir en haut
Neptis
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 08 Mar 2011
Messages: 69
Localisation: France Chelles 77500

MessagePosté le: Lun 25 Avr - 00:42 (2011)    Sujet du message: Metarill Sombreflèche. Répondre en citant

[HRP] Je me demandait bien si la bête comme dit dans le chapitre II était Guntor, j'en est une la réponse dans le Chapitre III Wink ! Bravo à toi ! 
PS : Guntor c'est un elfe de la nuit maintenant. ^^
_________________


Revenir en haut
MSN Skype
Metarill
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 08 Mar 2011
Messages: 93
Localisation: Gilnéas

MessagePosté le: Lun 25 Avr - 08:17 (2011)    Sujet du message: Metarill Sombreflèche. Répondre en citant

( HRP : Ah, mais t'inquiette pas pour ça ! x) J'ai trouvé la parade... Une parade bidon, mais j'y avais déja reflechis. Après, j'espere que Guntor ne changera pas encore de race. Ca m'obligerais à dire qu'il était accros au "Delice deviant" : D )
_________________


Revenir en haut
Metarill
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 08 Mar 2011
Messages: 93
Localisation: Gilnéas

MessagePosté le: Lun 25 Avr - 09:26 (2011)    Sujet du message: Metarill Sombreflèche. Répondre en citant

Chapittre III - 2e partie :
 Dès la sortie du bois, une bourasque de vent s'empressa de m'écraser la face, rendant ainsi, mon avancée plus difficile.
La bete se trouvait sur le rebord de la falaise, elle se tourna de mon coté. Le vent n'avait pas l'air de le déranger, il
me fixait. Le ciel gris qui nous couvrait menaçait de se déchirer dans un grondement de tonnerre. Quelque chose, dans ce regard,
me gênait - il ne me fixait pas. Il fixait ce qu'il y avait derrière moi, c'était ça le moins rassurant. Le tintement des armures
et le cri d'hommes armés me vint aux oreilles, il fallait faire quelque chose.
 Les chevaux étaient au galop, les lanciers étaient armes en avant, les archers étaient prêts à tirer et le capitaine -qui avait
mauvaise mine, surement car il avait mal dormit - gardait le bras en l'air pour donner le signal. Un éclair s'imposa sur la falaise,
et quelque instants plus tard un cri le rattrapa.
"Chargez !"
La petite troupe allait dans ma direction - qui était aussi celle du Worgen. Je me retourne, le Worgen -toujours en posture Ventre-à-Terre-
saute de la falaise. Il avait peu de chance de survivre, mais je crois qu'il tenait à la liberté. Les cavaliers arrivèrent à portée
de flèche, puis s'arretèrent.
-Holaaa. Hého, l'Elƒe. Que fais-tu ici ? Dit l'un d'eux qui portait un casque d'argent.
-Hummm, je chasse le gibier.
-Tu n'es pas au courant ? Le Prince a décrété que les chasseurs de primes et mercenaires devraient être emprisonnés si ils continuaient
leurs activités.
-Non, je ne suis pas au courant. J'arrêterai, promis.
-Pffff. Tu vas nous suivre paysan ! s'écria un lancier qui venait un peine d'arriver. Il me lia les mains. T'as quelque chose à dire
pour ta défense ? Tu risque la mort. Mais avant on va te mettre trois jours en cellule, ça va te faire reflechir.
-Je n'ai comis aucun crime, reflechir à quoi ? protestai-je.
-En trois jours tu auras le temps de prier dans ta cellule, ah non je vien de penser : tu as les mains liées ! Puis la foule éclata
de rire, sauf le premier cavalier.
-Je ne crois pas en votre Lumière. Ce qui me permis une ruée de coups au visage, une fois bien abimé, ils me firent basculer sur
l'un de leurs chevaux. Direction je n'sais où... Je tombais à présent dans un profond someil, dans le quel je luttais pour retrouver
ma conscience.
 C'était maintenant clair, je detestais la Garde Imperiale. C'était mon ennemie/

 Les paupières lourdes, je me reveillais peu à peu... Je m'assoupissais de temps en temps aussi. J'avais très mal au crâne. Et je
me demandais si ils avaient prit le temps de me retirer mes armes. Au loin, bien que j'avais la tête retournée, j'aperçus un tout
petit village. Surement un campement, là où je passerai mes trois derniers jours. Nous êtions sur un sentier de terre, dans un bois
qui allait bientot prendre fin.
 'Toc'le bruit du bois - quelque chose se trouvait en haut, percher sur un arbre. Le cavalier qui dirigeait le cheval sur le quel j'étais
attacher tourna la tête en direction du bruit. Une ombre passa - un cri étouffé sorti de la bouche d'un Garde. Les chevaux étaient agités.
Panique complète, les Gardes tombaient un à un car la menace à laquelle ils faisaient face était plus forte. La chose/ s'approcha de moi,
et je réussis à distinguer des formes Elƒiques... Un Elƒe venait de me sauver !
-J'ai entendu dire que tu avais une dent contre la Lumière, j'me trompe ?
-Non, tu as raison. Dis-je en me degourdissant la tête, que je faisais tourner dans toute les directions.
-Hum... Suis moi. Me dit il en faisant un signe de la main.
-Aller où ?! Cria une voix proche. Une nouvelle troupe de Gardes se jetta sur nous, nous frappant et nous attachant - pieds et mains cette fois.
-Toi, dit-il en me regardant, tu vas payer le prix qu'il en coute de s'en prendre à nous.
 Ma cellule était sale et petite, des barres de fer séparaient l'Elƒe des autres cellules. Nous êtions quatre dans ma cellule : Une autre Elƒe,
un Humain et un centaure. L'Humain se precipita sur moi :
-Quel crime ?
-Je ne sais pas c'est... Il me coupa
-On sait tous, quel crime ?
-Je suis un chasseur de prime. C'est surement ça.
-Ah ouais, je vois. Moi je suis un voleur, 'fin, à leurs yeux. L'autre, le centaure ben... Il est juste centaure, c'est son crime.
-A leurs yeux. Ajoutai-je, il acquiesça.
-Et l'Elfette, je n'sais pas. Elle se prend pour caporal de je n'sais quoi... Bienvenue chez les morts.
Je lui répondit par un sourire.
 De temps en temps, un Garde passait dans la cellule et nous jettait un seau d'eau froide au visage pour nous empecher de nous reposer.
Pendant la nuit j'en ai même vu un se soulager sur la cellule, ce qui explique l'odeur. L'Elƒe qui m'avait sauver, avait claquer toute
la nuit -à mains nues- les barres de fer de sa cellule j'usqu'à ce qu'il en fasse plier l'une d'entre elle ! Mais l'instant d'après
les gardes descendirent pour se jetter dessus et refaire sa cellule.
Plus que deux jours.
 
 Aujourd'hui, je n'ai rien à dire... Nous sommes rester allongés dans notre cellule toute la journée à entendre l'Elƒe crier de toute ses
force et à le regarder abimer sa cellule.

C'est surement mon dernier jour.

(HRP : J'espere que Neptîs, tu as compris :} )

                                          Metarill.
_________________


Revenir en haut
Neptis
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 08 Mar 2011
Messages: 69
Localisation: France Chelles 77500

MessagePosté le: Lun 25 Avr - 09:53 (2011)    Sujet du message: Metarill Sombreflèche. Répondre en citant

(HRP: Waou jolie fin Smile l'elfe qui t'as sauvé est un fufu ? Suite a venir Very Happy ? )
_________________


Revenir en haut
MSN Skype
Metarill
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 08 Mar 2011
Messages: 93
Localisation: Gilnéas

MessagePosté le: Lun 25 Avr - 12:21 (2011)    Sujet du message: Metarill Sombreflèche. Répondre en citant

( HRP : Suite à venir oui. =)
_________________


Revenir en haut
Metarill
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 08 Mar 2011
Messages: 93
Localisation: Gilnéas

MessagePosté le: Lun 25 Avr - 13:56 (2011)    Sujet du message: Metarill Sombreflèche. Répondre en citant

Chapitre III - 3e partie :
Ma cellule fermée, qui ne voyait pas le jour allait me rendre fou. L'Elƒe n'avait pas arrêter de brailler toute la nuit.
 Il me semble que c'est l'Aube, même sans voir l'exterieur, la fraicheur matinale nous arrive. Quand est-ce que nous serions exectués?
Dès le matin ? Ou le soir ? L'Humain allait surement nous le dire, mais c'est à ce moment que l'Elƒe nous se mit à parler (Il me semblais
que c'était même la premiere fois qu'elle ouvrait la bouche) :
-Ne faites pas attention à moi, et toi continue de gueuler pour pas qu'ils se doutent de quelque chose. Elle était en train de
saboter la porte de notre cellule. Dès que j'ouvre ça, vous récuperez vos armes et on libere l'Elƒe. L'Humain eu un sourire.
-Hého l'Elƒette, t'es sure que ça va marcher ?
-Certaine.
-Et si ça ne fonctionne pas ? Quand est-ce que nous serons executés ?
'clic' la porte venait de s'ouvrir.
-Remuez-vous, reprit l'Elƒe, vos affaires et ensuite l'Elƒe. Tout le monde s'empara des affaires à tour de bras.
-Hého liberez moi !! Cria l'Elƒe pour ne pas sembler trop suspect.
"C'est votre dernier repas." dit une voix qui venait vers nous. L'Humain jetta ses affaires et retourna directement dans la cellule.
Notre liberatrice continua de claquer les barres de fer. Je pris mon arc, et me mis devant la porte, prêt à tirer sur le Garde.
Le centaure venait de défoncer la prison du l'Elƒe qui m'avait sauver il y a trois jours.
-Merci bien. Se contenta celui ci. Nous êtions tous dans l'attente de l'arrivée du Garde dans la pièce... Il sifflait une mélodie
que l'on chante aux enfants d'Elwynn. Il entra la clé dans la serrure, la fit tournée, et entra - ma flèche lui arriva dans la gorge.
Et les deux autres Gardes qui n'étaient pas prévus se jettèrent sur moi en hurlant aux renforts.

 Cette fois là, le capitaine en personne descendit. Il tenait son baton en avant, et marchait lentement. Une fois arriver au sous sol,
il balaya la pièce du regard. D'un air furieux il ouvrit la bouche, surement pour lancer un juront, mais seuls ces mots en sortis et d'un ton
presque feminin :
-Quel rafut !
Le centaure éclata de rire. Moi même j'avais le sourire aux lèvres. Mais l'instant d'après, vexé, le capitaine leva une main et brula
vif le centaure. Moins marrant. Il continua en essayant de se donner un air sérieux :
-vous serez pendus. Puis des Gardes - très mal organisés - nous lièrent les mains. Nous fumes jetter à l'exterieur, dans la boue, la
pluie s'était abattue sur eux pendant la nuit. Ils avaient déja tout préparer, même les cordes. Une fois que le centaure fut arrivé lui aussi
en haut, le capitaine le brula encore puis au bout d'un moment le centaure - la peau noircie - tomba. Les Gardes nous prirent par le cou
et nous firent monter les marches de bois têtes baissées. La corde autour du cou, je regardait mes compagnons pour l'au delà.
Aucun d'eux, même l'Humain, n'avait peur.
-Vos vies s'arrêtent ici. Biggo du camp rebelle, crime : vol. Elƒe numero une, crime : trahison. Guntor, crime : meurtres.
Elƒe numero deux, crime : trahison. Le capitaine fit signe de nous pendre, puis descendi. C'était surement la derniere fois que je sentais
l'air pur de la forêt, mais je n'en profitais pas. Au lieu de cela je chuchota :
-Tsss ! Guntor ?
-Hum... Ouais ?
-Ah, c'est donc toi ? Je t'avais pris pour un Worgen... Ta tête n'est pas mise à prix, si ?
-Si si. Pour 15 016 pièces d'or ma tête. Héhé...
-Ah, j'ai du mal lire...
-Non, c'est normal.
-Normal ?
-Ouep', si tu veux être rechercher, il faut toujours laisser quelqu'un fuir pour répendre ta légende. Il se trouve que je suis si féroce
que ces bandits m'aient prit pour un Worgen. Et -
-Ces bandits ?
-Oui, je tue des bandits, et c'est moi qui suis pendue.
-Quelle merde...
-Tu l'as dit.
-fermez la. Intervint l'Elƒette. Je peux nous sauver.
-Fiou. Soupira l'Humain.
Les Gardes nous firent monter sur un petit tabouret. La gorge serrée, je plaçais à présent tous mes espoirs sur l'Elƒe qui nous avait
déja tous liberés - mais aussi condamnés...
 Les Gardes jettèrent les tabourets. Dans un fracas terrible nous fumes étranglés. La nuque de l'Humain avait, elle, craquée. Il était mort.
Il restait donc trois Elƒes, héhé les meilleurs. Guntor luttait les yeux fermés, il essayait de respirer lentement. L'autre Elƒe gardait son calme.
Outre le fait d'attendre sa ruse, je commençais à m'éttoufer ! A ce que j'avais entendu (discussion dans les tavernes) la plus part des pendus
meurent sur le coup, la nuque brisée. Les autres mourraient comme des animaux, le sang dans la tête, le pantalon trempé. Et des marques
violettes au visage. Rien de glorieux. J'attendais ce qui allait arriver en premier, la fameuse "vie qui defile devant nos yeux" ou le programme
"j'vous tir de là" en moins de deux. Guntor avait de plus en plus de mal à respirer, moi aussi.
 Quelqu'un montait des marches, j'entendais le bruit de pas sur le bois. Et d'un coup je ressentis une grande douleur dans le dos - je venais de tomber,
on m'avait librerer. L'Elfe liberait à présent Guntor, deux dagues dans les mains elle fit signe de la main de prendre les armes. Les Gardes criaient, ils
lançaient un appel pour que le capitaine remonte.
 L'Elƒette se jette dans l'ombre du bois, Guntor sur ses talons. Je fis de même.

(Suite à venir.)
                                                                Metarill.
_________________


Revenir en haut
Neptis
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 08 Mar 2011
Messages: 69
Localisation: France Chelles 77500

MessagePosté le: Lun 25 Avr - 18:31 (2011)    Sujet du message: Metarill Sombreflèche. Répondre en citant

(HRP l'elfette c'est Kâlyz ^^ ? )
_________________


Revenir en haut
MSN Skype
Metarill
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 08 Mar 2011
Messages: 93
Localisation: Gilnéas

MessagePosté le: Lun 25 Avr - 18:40 (2011)    Sujet du message: Metarill Sombreflèche. Répondre en citant

( HRP : Ouep. Puré je carbure quand j'ai pas de tps prepayer... Et toi ? Tu ne retravailles pas ton Rp ? )
_________________


Revenir en haut
Neptis
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 08 Mar 2011
Messages: 69
Localisation: France Chelles 77500

MessagePosté le: Lun 25 Avr - 18:46 (2011)    Sujet du message: Metarill Sombreflèche. Répondre en citant

Pas Trop le temps je voulait le faire mais j'ai eu la flemme ^^
_________________


Revenir en haut
MSN Skype
Metarill
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 08 Mar 2011
Messages: 93
Localisation: Gilnéas

MessagePosté le: Lun 25 Avr - 19:00 (2011)    Sujet du message: Metarill Sombreflèche. Répondre en citant

( Fais comme moi, en plusieurs parties :} )
_________________


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 17:20 (2018)    Sujet du message: Metarill Sombreflèche.

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    l'aube sinistre Index du Forum -> Le JdR -> Présentation de la guilde en JdR Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Template lost-kingdom_Tolede created by larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com